Les étoiles de Noss Head, Vertige – Sophie Germain

Ce livre est notre première lecture commune, et ce ne sera certainement pas la dernière car l’expérience nous a beaucoup plu. Pour vous faire partager nos avis nous avons choisi de répondre au travers d’un petit questionnaire.
Nous avons choisi ce livre ensemble lors d’une balade à la fnac de la Défense et nous étions en totale communion spirituelle devant tous ces livres qui n’attendaient que nous. En passant dans le rayon young adult, nous avons trouvé deux exemplaires des étoiles de Noss Head et nous en avions eu de bons retours. Voici notre avis !

Quatrième de couverture :

A presque 18 ans, Hannah enrage de devoir subir un nouvel été à Wick, petite ville portuaire écossaise. Il n’y a pas plus ennuyeux que cet endroit pour une citadine de son âge. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Leith. Il est bâti comme un roc et possède les plus beaux yeux qu’elle ait jamais vus. Qu’importent les rumeurs qui courent au sujet du jeune homme… l’attirance est immédiate, réciproque et irrépressible.
Puis tout bascule. Le conte de fées se transforme en cauchemar et le destin d’Hannah est scellé. Leur relation résistera-t-elle à l’inimaginable ? Sauront-ils vaincre le pire ? Car les légendes sont parfois plus réelles que l’on croit.

Nos avis :

Est-ce que cela ne ressemble pas trop à Twilight ?

Emilie

Je ne me souvenais pas vraiment de Twilight mais en lisant la réponse de Fabienne je me rends compte qu’effectivement ça fait un peu plagiat… sans les vampires! Honnêtement ça ne m’a pas dérangée !

Fabienne

Alors si vous avez lu Twilight passez votre chemin. On est à mon avis à la limite du plagiat : une fille de la ville qui vient se morfondre dans une région où il fait tout le temps moche, deux amoureux qui ne s’embrassent qu’au bout d’un nombre incalculable de pages (car oui le sexe c’est mal même à 18 ans), une guerre de clans entre les différentes factions des créatures du livre, une héroïne prête à sacrifier tout son avenir pour le premier mec venu.
Si vous n’avez pas lu Twilight c’est bon allez-y.

 

Comment sont les personnages ?

Emilie

Hannah n’est pas extrêmement attachante, un peu hautaine et autocentrée je trouve… la sortie de l’adolescence ça n’est pas facile pour tout le monde 🙂 Leith par contre est beaucoup sympa, mais ce n’est pas bien difficile puisqu’il ne semble avoir aucun défaut ! Il est beau, gentil, intelligent, galant, fort … les deux manquent un peu d’humour mais c’est assez typique de ce type de romans dans lequel la volonté de tenir un fil tragique fait que tous les personnages se prennent un peu trop au sérieux.

J’aime bien les personnages secondaires qui sont globalement assez intéressants.

 

Fabienne

Hannah, l’héroïne est absolument exaspérante. Elle a 18 ans et ne s’intéressent visiblement à pas grand-chose à part ses études. Quoique même sa réussite au bac ne lui fait pas tellement d’effet. C’est encore une de ces jeunes filles qui ne se trouvent pas tellement belle, qui s’habille comme un sac, bref une vraie tête à claques.
Et c’est là que le bas blesse parce que Leith (qui passe pas mal de temps à moitié nu…) est du style gendre idéal, intellectuel, beau, sportif, mais amateurs de tête à claques semble-t-il. On a tous nos défauts.

 

Une écriture de qualité ?

Emilie

On va dire que ça se lit bien mais ça n’est pas du Shakespeare !

Fabienne

Alors ce n’est pas de la très grande littérature d’académicien français, mais cela se lit facilement et le style est plutôt bon.

 

Votre petit coup de cœur ?

Emilie

Assez d’accord avec Fabienne.. l’Écosse !

Fabienne

L’Ecosse, l’Ecosse, l’Ecosse. Pour y être allée en vacances je suis tombée amoureuse de ce pays et j’avais toujours mon portable pas trop loin pour voir de mes yeux les paysages du livre et je m’y suis immédiatement projetée.

 

Et la suite ?

Emilie

J’hésite ! Tout cela est bien prévisible mais je n’aime pas m’arrêter en cours de route!

Fabienne

Pas de suite pour moi, je m’arrête au premier volume même si j’ai passé un bon petit moment de lecture. Je pense que si je n’avais pas lu Twilight et si j’étais un peu plus fleur bleue j’aurais pu.

Publicités

Le journal d’Anne Frank

Ari Folman – David Polonski

Editions Calmann Levy

9782702160930_cg

Quatrième de couverture:

Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigré aux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu’en 1942, malgré la guerre. Le 6 juillet 1942, les Frank s’installent clandestinement dans « l’Annexe » de l’immeuble du 263, Prinsengracht, où Anne écrit son journal. Le 4 août 1944, la famille est arrêtée vraisemblablement sur dénonciation. Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus en février ou mars 1945, peu après sa soeur Margot. 

Mon avis:

Tout d’abord je dois vous faire un aveu, je n’ai pas lu le journal d’Anne Franck version roman…

Mais en 2016, lors de notre voyage à Amsterdam avec ma douce moitié, nous avons visité l’immeuble du 263 Prinsengracht où Anne Franck et sa famille se sont cachés pendant la guerre. Aujourd’hui encore je suis bouleversée par ce moment passé dans l’Annexe et je n’ai pas de mots assez justes pour décrire mon émotion lors de cette visite…

Anne Franck reçoit pour ses 13 ans un journal intime qu’elle nomme Kitty. Pour Anne, Kitty sera sa meilleure amie tout au long de ces années et surtout le témoignage d’une jeune fille extrêmement sensible et talentueuse sur la seconde guerre mondiale. Une personne hors norme, une héroïne…

JOURNAL-DANNE-FRANK-C

Cette version du journal d’Anne Franck est un véritable tour de force car il n’était pas possible de retranscrire le journal dans son intégralité. Ce roman graphique est une pure merveille tant pour ses morceaux choisis que pour le dessin. On y retrouve toutes les émotions, les tensions, le silence forcé, ce temps qui passe si lentement au sein de l’annexe et décrit avec brio par cette formidable adolescente qui porte sur le monde un regard si adulte…

dessinateur-illustre-comparaisons-dresse-Annesa-soeur-projetant-premiere-personnage-Cri-Munch-seconde-celle-dAdele-Bloch-Bauer-Klimt_1_1399_1999.jpg

A chaque fois que je referme cette BD je ne peux m’empêcher de me rappeler cette petite vitrine du 263 Prinsengracht qui garde comme un joyau le précieux journal d’une adolescente pas comme les autres.

Fabienne

Edelweiss

Cédric Mayen – Lucy Mazel

Editions Vents d’Ouest

9782749308142-L

Quatrième de couverture:

Été 1947: Edmond rencontre Olympe lors d’un bal typique de l’après-guerre. Le jeune ouvrier ne se doute pas que cette bourgeoise au caractère bien trempé va bouleverser sa vie. Passionnée d’alpinisme, Olympe n’a qu’un rêve: escalader le mont Blanc pour égaler la prouesse de son aïeule Henriette d’Angeville. Edmond promet de l’aider à le réaliser, malgré le sort qui s’acharne. Si l’amour peut déplacer des montagnes, il peut aussi les gravir…

Mon avis:

J’ai découvert totalement par hasard cette BD lors des fêtes de noël en me promenant dans ma librairie. L’une des vendeuses en faisait l’éloge auprès d’une cliente. Curieuse que je suis, je l’ai feuilletée et je sous tombée amoureuse du dessin. C’est beau, c’est doux et tendre à l’image de l’histoire d’amour de cette oeuvre.

Edelweiss-planche17et26

Parlons de l’histoire. Il s’agit comme vous l’aurez compris d’une histoire d’amour entre Olympe, petite-fille imaginaire d’Henriette d’Angevielle qui a la montagne dans le sang, et Edmond qui pour gagner le cœur de douce (et de ses parents) effectue son service militaire chez les chasseurs alpins à Chamonix. C’est l’histoire d’un amour, d’une vie et d’une passion unissant deux êtres leur permettant ainsi de franchir les obstacles de la vie.

Vous l’aurez compris cette BD est un véritable coup de cœur pour moi, un vrai petit bijou…

Fabienne

L’appel de la forêt – Jack London

Quatrième de couverture

Enlevé à la douceur de la maison du juge Miller, Buck est confronté aux réalités du Grand Nord où il connaît la rude condition d’un chien de traîneau.

Sa vie devient une lutte incessante. En butte à la cruauté des hommes et à la rivalité de ses congénères, il subira un apprentissage implacable. Mais il vivra aussi un compagnonnage quasi mystique avec un nouveau maître. Ce n’est qu’à la mort de celui-ci, tué par les indiens, que Buck cédera définitivement à l’appel de l’instinct et qu’il rejoindra ses « frères sauvages », les loups.

Mon avis

Cet hiver, je ne sais pas pourquoi, j’ai eu très envie de me replonger dans les romans de Jack London. Nous sommes d’accord qu’au sortir de l’hiver je ne suis plus vraiment d’actualité mais peu importe ! Un article sur Croc blanc suivra très vite.

J’ai du lire l’Appel de la forêt il y a une bonne quinzaine d’années au collège. Et en me replongeant dans ce livre somme toute assez court, je me suis rappelée cette lecture et l’ai certainement beaucoup plus appréciée.

L’univers de J. London, sauvage, violent, magnifique, est très prenant. Il est dur, certes, mais sans exagération. C’est un monde brut, sans subterfuge, très réaliste. Personnellement j’adhère complètement.

Je ne m’attarderai pas sur un résumé que le quatrième de couverture fait très bien. Ce livre est à lire, non pas parce que c’est un classique, mais parce qu’il nous emporte très loin, au cœur du Grand Nord, et que ce voyage vous marque nécessairement.

Emilie

DEMON volume 1

Jason Shiga

demon

Quatrième de couverture :

Jimmy Yee est immortel. Quelle que soit sa volonté d’en finir, quelle que soit la manière dont il s’y prend, impossible de parvenir à mourir. Serait-il devenu fou ? Ou est-il réellement mort et désormais en enfer ? Après chaque tentative de suicide, il se réveille désespérément lucide. Soudain prêt à anéantir le monde pour comprendre ce qui lui arrive, Jimmy Yee se retrouve au centre d’une folle histoire qui va faire de lui l’un des hommes les plus recherchés des Etats-Unis…

Mon avis :

Avis aux amateurs d’histoires totalement barrées, cette BD est pour vous. Grande amatrice de bandes dessinées, de comics et de manga devant l’éternel, j’ai découvert par hasard cette série. Pour le moment je n’ai lu que le premier tome mais je suis déjà conquise et je compte très bientôt acquérir la suite.

Alors oui le résumé ce n’est pas la mélodie du bonheur. Si vous n’aimez que les bisounours, les romances et le politiquement correct, passez votre chemin ! C’est une histoire totalement irrévérencieuse et extrêmement prenante.

Beaucoup d’humour grinçant, de la violence, de l’invraisemblable, cela nous donne un cocktail assez costaud.  Donc si vous voulez sortir des sentiers battus en matière de bandes dessinées, je vous recommande chaudement cet ouvrage.

Fabienne

demon extrait

Les Sœurs Carmines, Belle de Gris – Ariel Holz

 

Quatrième de couverture :

Trois semaines séparent Tristabelle Carmine du Grand Bal de la Reine. Trois semaines pour trouver la robe de ses rêves, un masque, une nouvelle paire d’escarpins… et aussi un moyen d’entrer au Palais. Car Tristabelle n’a pas été invitée. Mais ça, c’est un détail. Tout comme les voix dans sa tête ou cette minuscule série de meurtres qui semble lui coller aux talons.

En tout cas, elle ne compte pas rater la fête. Quitte à écumer les bas-fonds surnaturels de Grisaille, frayer avec des criminels, travailler dans une morgue ou rejoindre un culte. S’il le faut, elle ira même jusqu’à tuer demander de l’aide à sa petite sœur. Car Tristabelle Carmine est une jeune femme débrouillarde, saine et équilibrée. Ne laissez pas ses rivales ou ses admirateurs éconduits vous convaincre du contraire. Ils sont juste jaloux. Surtout les morts.

Il faut souffrir pour être belle. Ou faire souffrir les autres, c’est encore mieux.

Mon avis :

Encore une fois mention très gros coup de cœur pour les sœurs Carmines. Cette fois-ci l’histoire a pour personnage principal Tristabelle, la sœur aînée. On avait déjà pu apprécier sa froideur et son détachement total dans le premier tome. Mais là c’est encore plus truculent. Si on demande à Tristabelle si elle croit en l’existence d’un être supérieur, elle vous répondra que oui, elle croit en elle-même. Tout est dit…

Sans scrupule et sans remord mais jamais dénuée d’une juste ironie pleine d’humour, Tristabelle est paradoxalement un personnage très attachant.

Ce deuxième tome est encore meilleur que le premier ! On découvre un peu plus la ville de Grisaille et ses habitant aux mœurs plus que douteuses. On retrouve également les deux autres sœurs Carmines et un deus ex machina familial exceptionnel.

Vivement le tome 3 qui sort le 24 mai et qui se concentrera cette fois-ci sur la dernière sœur Carmines, Dolorine et son doudou démoniaque.

Fabienne

Les Sœurs Carmines, le complot des corbeaux – Ariel Holz

C1-carmines-737x1024

Quatrième de couverture :

Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses soeurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les mœurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône.
Après un vol désastreux, voilà que Merry se retrouve mêlée à l’un de ces complots ! Désormais traquées, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour échapper aux nécromants, vampires, savants fous et autres assassins qui hantent les rues…

Mon avis :

Alerte lecture très gros coup de cœur. J’ai découvert les sœurs Carmines après avoir visionné sur youtube la vidéo de la booktubeuse Lemonjune. Et vraiment je n’ai pas été déçue. C’est très drôle, très noir et très décalé.

Les personnages sont savoureux et l’histoire absolument géniale. La ville et ses habitant sont un personnage en eux-mêmes et cela ne donne vraiment pas envie d’y vivre ! Mais c’est toute cette invraisemblance et cette noirceur qui donne ce charme si particulier à ce livre.

Une critique très courte, mais une lecture mémorable ! A lire sans hésitation.
Ma fille qui a 11 ans a commencé à le lire et elle se régale !

Fabienne