Un amour impossible – Christine Angot #rentréelittéraire2015

un-amour-impossible-par-christine-angot

Quatrième de couverture :

Pierre et Rachel vivent une liaison courte mais intense à  Châteauroux à la fin des années 1950. Pierre, érudit, issu d’une famille bourgeoise, fascine Rachel, employée à la sécurité sociale. Il refuse de l’épouser, mais ils font un enfant. L’amour maternel devient pour Rachel et Christine le socle d’une vie heureuse. Pierre voit sa fille épisodiquement. Des années plus tard, Rachel apprend qu’il la viole. Le choc est immense. Un sentiment de culpabilité s’immisce progressivement entre la mère et la fille.

Christine Angot entreprend ici de mettre à nu une relation des plus complexes, entre amour inconditionnel pour la mère et ressentiment, dépeignant sans concession une guerre sociale amoureuse et le parcours d’une femme, détruite par son péché originel : la passion vouée à l’homme qui aura finalement anéanti tous les repères qu’elle s’était construits.

Mon avis :

Par où commencer ? Bon, tout d’abord ce quatrième de couverture ça n’est juste pas possible. Autant celui du dernier roman de Delphine de Vigan était succinct et alléchant, autant celui-ci et dix mille fois trop long !! Non seulement ce quatrième de lecture en dit beaucoup trop, mais en plus il n’est, me semble-t-il, pas vraiment représentatif du livre de Christine Angot. Pour moi la thématique de l’inceste est certes bien présente dans le livre, mais elle n’est réellement développée qu’en toute fin de ce dernier. C’est justement ce qui fait un effet bombe dans ce livre. L’histoire suit tranquillement son cours jusqu’à la révélation. Rien ne laisserait penser à la lecture de l’ouvrage que Christine puisse être abusée par son père. C’est ce qui est terrifiant et choque le lecteur. Et pour le coup le quatrième de couverture vient gâcher cet effet, ce qui est vraiment dommage.

Un amour impossible c’est selon moi, avant tout, l’histoire d’une mère célibataire et de sa fille. De cette relation qui se construit à la fois en opposition contre le reste du monde avec la création de cette bulle dans laquelle l’une et l’autre s’épanouissent, mais également en lien avec ce père/amant, avec lequel elles cherchent toutes les deux à créer une relation. La mère de Christine cherche à faire de cet homme, à défaut de l’avoir pour compagnon, un véritable père pour sa fille. Et Christine cherche non seulement un père mais également un modèle qui lui permettrait de se comprendre elle-même.

Le viol de Christine Angot par son père, vient briser sa vie, mais également briser l’équilibre qui s’était construit entre la mère et sa fille. En effet, une chape de plomb s’abat sur elles et toute communication semble impossible. Je me doute qu’il s’agit d’un sujet extrêmement dur à évoquer et à développer, et Christine Angot fait preuve d’un grand courage en osant l’aborder. Toutefois, j’aurais aimé qu’elle approfondisse plus ce lien qui se brise entre la mère et la fille, cette difficulté à communiquer. A moins que je ne ressente cela uniquement parce que le quatrième de couverture me laissait penser que le roman serait plus centré sur cette thématique …

Bref, un bel ouvrage, qui aborde les thèmes de l’amour maternel, de l’adoration d’une enfant pour sa mère, de la lutte sociale, de l’inceste, avec beaucoup de justesse et de délicatesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s